LE FABULEUX JARDIN DE FRANC-NOHAIN
(170 pages)

Dominique Nohain vous propose de vous promener
Dans "le fabuleux jardin de Franc-Nohain"
(fabuleux… parce qu'on peut y cueillir des FABLES)
Homme d'esprit et poète, Franc-Nohain, né à Corbigny en 1972,
monte, à 25 ans, à Paris, où il acquiert une grande notoriété.
Ecrivain, journaliste, estimé de tous,
Grand Prix de Littérature de l'Académie Française,
ses fables sont dites par les plus célèbres Sociétaires de la Comédie Française,
mais aussi par les enfants dans les écoles de France.
Ses vers spirituels, à la portée de tous, porteurs d'une philosophie souriante,
sont illustrés dans ce recueil par des dessins ravissants
de Marie-Madeleine Franc-Nohain, son épouse,
et de Claude Dauphin, leur fils.
André Degaine apporte lui aussi sa touche très humoristique à chaque texte.
Des poèmes de Jean Nohain et de Dominique Nohain
complètent la composition de ce jardin charmant.
A VISITER ABSOLUMENT...


PAGES CHOISIES
Avant tout, l'important : l'amour et la famille;
Les enfants et des animaux.
Et tandis que le chat s'amuse avec la pie,
Franc-Nohain joue avec les mots.
SOLLICITUDES
I
Appétit vigoureux, tempérament de fer,
Membert languit, Member se meurt… ami si cher!
Qu'a Member ?
II
Eh! Momille, bonjour!… Comment va la famille ?
Le papa… la maman… Tu pleures, jeune fille ?
Qu'a Momille ?
III
Je viens de rencontrer, allant je ne sais où,
Outchou, le professeur, qui courait comme un fou…
Qu'a Outchou ?
Dessin de Marie-Madeleine Franc-Nohain
- un permanent mirroir du paisible destin -

Fumées
Fumez-vous ? a demandé,
D'un petit ton dégagé,
A l'automobile
La locomotive.

Fumez-vous ?
C'est, je l'avoue,
Un vice que je cultive.
Un vice, au juste, pourquoi donc ?
Disons :
C'est mon péché mignon.

Et d'un nuage de fumée
La loc-
-omotive s'enveloppe.
L'automobile fait le nez,
Car ne faut-il,
L'automobile,
Ne faut-il pas qu'elle se cache ?
dessin de Claude Dauphin
- Au lieu
De l'orgueilleux
panache
Que l'autre lance vers les cieux;
Quand elle fume, elle se cache…
Comme, avec le pion, un potache.

Mais voulant garder le dessus,
L'automobile a répondu :
"Fumer, ma chère, ça ne se fait plus!
Fumer, quelle mode baroque!
Et soit dit sans vous attrister,
Comme on voit bien que vous datez
D'une autre époque…
Fumer, ma chère, ça ne se fait plus!
Le chic,
C'est de chiquer : je chique…"


A PROPOS DE
"L'HEURE ESPAGNOLE"

Franc-Nohain travaillait sans cesse - pour son plaisir… et pour celui des autres : poèmes, fables…

articles dans les journaux.

Il fut Secrétaire Général de "l'Echo de Paris"

jusqu'à ses derniers jours;

auteur de chansons et d'opérettes, sur des musiques de Claude Terrasse, et de comédies originales.

Parmi elles, "l'Heure Espagnole", créée au théâtre de l'Odéon le 28 octobre 1904, obtint un immense succès

(43 représentations consécutives, un record pour l'époque).

Un jeune musicien, ami de Franc-Nohain, Maurice Ravel, très amusé par cette pièce, lui proposa de la mettre en musique. Ce qui fut fait.

Vêtue de neuf, la comédie fit le tour du monde… en chantant… et voyage encore aujourd'hui.

La partition de Ravel est originale et merveilleusement adaptée. Elle apporte à l'œuvre une couleur inattendue et une valeur musicale incontestable.

Toutefois, le texte étant extrêmement humoristique, il serait amusant, je crois, de rejouer un jour, occasionnellement, la pièce initiale… seule.

Vous pourrez en juger vous-même en la lisant,

aux pages suivantes… dans ce jardin.


"Comme on s'entendait bien
Dans le jardin de Franc-Nohain !"

Jean Nohain et
Claude Dauphin

Dessinés par leur mère Marie-Madeleine Franc-Nohain